Le sucre : l’amertume du plaisir !

Le sucre : le plaisir au goût amer

Petit point de vocabulaire, pour être juste il faudrait parler de glucides. Parmi ceux-là, on distingue les sucres simples de type saccharose (issu de la canne à sucre, de la betterave) et le fructose (contenu dans les fruits) des sucres complexes (que m’on trouve dans le pain, les céréales, le mil, pomme de terre… ).

Les français consomment en moyenne entre 25 et 35 kg de sucre par personne par an alors que les recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) sont de ne pas dépasser 25 g par jour !

réduire sa consommation de sucre, contrôle glycémie

Ce qui soulève problème aujourd’hui c’est la surconsommation de sucre simple qui a clairement des effets néfastes sur la santé. En effet, la surconsommation de sucre provoque une augmentation de la glycémie. Pour rétablir un taux de glycémie physiologique normal, le pancréas sécrète de l’insuline. Mais les sécrétions répétées d’insuline participent à l’épuisement du pancréas et à la désensibilisation des cellules à cette même insuline. Au fil du temps, il en résulte un diabète de type 2 et la mise sous traitement des malades.

De plus, l’insuline bloque une hormone appelée leptine, hormone de régulation de la satiété. Lorsuqe le cerveau identifie une insuffisance de leptine, il déclanche des mécanismes de stockage . En d’autres termes, il en résulte que les gens veulent manger davantage et bouger moins.

Le sucre contribue également à la synthèse de la graisse et favorise donc son stockage dans l’organisme, entraînant ainsi un surpoids, lui-même en partie responsable de l’augmentation des risques cardio-vasculaire.  Les dernières recherches tendent à prouver que le sucre est impliqué dans les maladies de dégénérescence (la maladie d’Alzheimer et maladie de Parkinson).

Comment réduire sa consommation ?

Lire la suite

Publicités

Du changement pour les diabétiques

diabete_2550152

Dans le cadre du traitement des personnes diabétiques, aucune prise en charge ou suivi ne peut avoir lieu sans passer par la case contrôle de la glycémie. Jusqu’à présent, les personnes diabétiques devaient plusieurs fois par jour ponctionner une goutte de sang au bout du doigt à l’aide d’un « stylo » pour contrôler leur taux de glycémie.

Un acte douloureux, répétitif et invasif que bon nombre de patients diabétiques souhaitaient, depuis de nombreuses années, voir changer …

Lire la suite